Le colis tant attendu…

le

Je regarde l’heure passer lentement. Assise à ma table de travail, je passe en revue mes derniers mails.

Mon genou bat la cadence saccadée de l’impatience et mes oreilles sont aux aguets : j’attends la sonnerie du facteur.

J’ai commandé mes articles il y a trois jours. Trois jours pendant lesquels mes objets tant attendus sont passés de mains en mains avant d’arriver dans celles de mon facteur. Encore un coup d’œil à l’horloge, il devrait arriver d’une minute à l’autre.

Que le temps semble long.

Il est élastique et une force invisible ralentit la course des secondes.

Soudain je sursaute. Le son aigre de la sonnerie me donne le top départ d’un sprint vers la porte d’entrée.

Je bondis sur mes jambes et repousse brutalement ma chaise. Mon cœur explose d’allégresse, un gloussement m’échappe : c’est le facteur, mon colis est arrivé !!!

Je presse le pas, le trajet est trop court pour courir vraiment. J’appuie avec conviction sur la poignée et tire sur la lourde porte pour l’ouvrir. Le petit homme chauve tel un messie est là,  mon paquet à la main.

Je le salue joyeusement, il me tend un feuillet à signer que je m’empresse de griffonner et saisi le cube de carton.

La porte refermée, je retiens un éclat de rire. Je marche, je vole, débarrassée de toute apesanteur tel Neil Amstrong sur la lune et gagne le salon pour déballer mon colis.

J’ai une boule dans la cage thoracique, des picotements dans les doigts. Ce cube de quelques centimètres renferme mon nouveau trésor.
J’arrache le scotch pressée de voir mes achats se matérialiser après trois interminables jours de transit, j’ai presque peur de séparer les battants du carton.
Je prends le temps de m’asseoir et ouvre le colis.

Je plonge ma main dans les entrailles de la boite et saisi un paquet mou. Je le tire à la lumière. C’est le papier bulle protecteur, (peut-être l’un des derniers où on pourra exploser les alvéoles…)

Au fur et à mesure que j’écarte les papiers de protection, des couleurs se révèlent par transparence.

Voilà, c’est devant moi, tout à fait débarrassé de ses enveloppements ma nouvelle parure est devant moi. C’est vif et joyeux. C’est brillant et féminin. C’est beau et raffiné.

Je touche la surface lisse et douce des boucles d’oreilles.

J’observe attentivement les motifs et les couleurs. Je retourne les perles du collier et aperçois le tampon de la créatrice.

Je me sens comme une petite fille, tellement heureuse. Plus rien n’existe que ce monde de couleur et de motifs. Je suis dans une bulle de bonheur, de découverte, de féminité. Tout cela est pour moi.

Je me débarrasse des bijoux que je porte et les pose avec désinvolture sur la table près de moi, pour essayer mes achats.
Les boucles sont longues et légères, je remue la tête et goûte au balancement des perles à mes oreilles. Je me sens femme…

Je saisi le collier, le passe autour de mon cou et le ferme dans ma nuque. Je me redresse, bombe la poitrine. Ce bijou m’habille d’élégance. Il faut que je me vois.

Je me lève, relève le menton et m’avance dignement vers un miroir pour inspecter mon image. Je me sens comme une princesse.

J’observe mon reflet dans le miroir: Est-ce vraiment moi, si lumineuse et féminine? Je me sens belle. Les couleurs illuminent mon visage et mon cou. Je bouge la tête de droite à gauche et suis du regard le doux balancement des boucles.

Je pose les mains sur le collier. Sous mes doigts c’est lisse, dans le miroir c’est joyeux.

J’ai à la fois envie de courir et reculer. Je suis sur un nuage. Dans ma tête la litanie ne cesse de chanter: « C’est à moi, c’est à moi, c’est à moi… ». Doucement une grande vague de détente et de bien-être m’inonde de l’intérieur.

Je lance à mon reflet : « Tu es magnifique ! » Je lui souris.

Je suis fière de moi.

 

Cette histoire te plaît ? Souhaites-tu connaître la suite? 🙂

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

12 commentaires Ajoutez le votre

  1. Toupinette27 dit :

    Argh ! On reste sur notre faim après ce suspens intense. de qui as-tu reçu un collier ????????

    1. LOL LOL Bon c’est une fiction…hein:)
      En réalité, j’ai du faire un exercice: rédiger ce que je ressentais quand j’attendais une commande…
      Et mon récit à eu du succès auprès des lectrices. du coup, j’ai eu envie de le partager sur mon blog.
      Ce que je trouve extraordinaire, c’est que nous sommes toutes les mêmes….
      J’ai commencé la suite… si cette petite histoire a du succès ici aussi, je posterais la suite 😉

      1. virginie dit :

        Moi aussi je veux savoir la suite 🙂 on reste sur notre faim là lol

        1. Oui, on reste sur la faim… tu as raison, j’ai fais exprès 😀
          OUhhhouuu, je suis une coquine ;)LOL LOL

      2. Toupinette27 dit :

        Oh oui, la suiteeeeeeeee

        1. elle est déjà là la suite 😉 regarde

  2. Ah!!! mais oui on veut savoir la suite!!! Et même si c’est de la fiction, faut pas nous planter comme ç en plein élan!!

    1. LOL Stéphanie…ok, je vais travailler sur des petites histoires de femme comme celle-ci 🙂

  3. et tu penses ! on la veut la suite évidemment !!!!! Allez hop Laëtitia, viiiiite ! 😉
    Des bisettes
    Flo

    1. Ah… il va falloir attendre quelques jours …;) C’est si bon d’attendre 😀

  4. Brigitte dit :

    C’est si bien raconté, tout y est, l’attente,l’impatience et nfin l’extase, puis………………….oui puis ??????????

    1. Et puis? Et puis…. encore quelques jours 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 − dix =